Air Côte d’Ivoire

Compagnies aériennes

Fondée en Mai 2012, pour succéder à Air Ivoire qui a déposé le bilan en 2011, Air Côte d’Ivoire est la principale compagnie aérienne ivoirienne et la première compagnie de la zone CEDEAO-CEMAC avec environ 54% de part de marché. Elle fait principalement du transport de passagers, de fret et la maintenance/entretien des avions.

Ses activités

Elle a lancé ses activités commerciales le 12 novembre 2012, avec des vols réguliers reliant Abidjan Dakar (Sénégal) deux fois par semaine. Aujourd’hui la compagnie a développé des réseaux domestique, sous-régional et long-courrier qui lui permettent de desservir 6 villes ivoiriennes (San Pedro, Korhogo, Man, Bouaké etc) et 19 grandes capitales de l’Afrique de l’ouest et centrale Abuja, Cotonou Dakar, Ouagadougou, Monrovia, Libreville, Douala, Kinshasa, Pointe-Noire etc)

Le 21 octobre 2017, la compagnie nationale Air Côte d’Ivoire a conclu à Abidjan, un mémorandum de « partage de code » avec les compagnies française, Air France KLM, et libanaise, Middle East Airlines.

Depuis le 12 mai 2018, la ville de New York est desservie en vol direct au départ de l’aéroport d’Abidjan par Air Côte d’Ivoire et Ethiopian Airlines, à travers un partenariat sous la forme de partage de code. Cette liaison a une fréquence de 3 vols par semaine.

Sa flotte

A sa création, Air Côte d’Ivoire, avait pour partenaire technique et stratégique la compagnie Air France-KLM, qui a mis à sa disposition dans un premier temps deux Airbus A319. Sa flotte actuelle selon le site de la compagnie, est composée de : « 10 avions dont 6 de la famille Airbus A 320, de 120 à 150 places et 4 Bombardier Q400 de 67 places. Les 4 Bombardiers, acquis neufs, sont destinés au réseau domestique et au proche régional… Ces avions offrent le téléphone GSM, l’internet, des prises électriques et une cabine de dernière génération. »

Air Côte d’Ivoire est certifiée IOSA (IATA Operational and Safety Audit. IOSA est la première norme mondiale de vérification de la sécurité des procédures d’exploitation des transporteurs aériens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *