Lu pour vous / Sécurité aérienne : Faute d’autorisation, le radar de l’ASECNA est au sol depuis 2012

A la Une Actualité Lu pour vous

source : gabonreview.com

Dans le cadre d’un projet relatif à l’acquisition de radars et de systèmes de gestion du trafic aérien de dernière génération au profit de centres opérationnels localisés dans certains de ses Etats membres, l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (Asecna) a doté le Gabon d’un radar. Depuis 2012, il n’a toujours pas été installé faute de site.

Au Gabon, où ils ont été reçus le 11 novembre par le chef du gouvernement, Rose Christiane Ossouka Raponda, le président directeur général et le directeur général de l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (Asecna), ont, accompagné du ministre gabonais des Transports, visité les installations du centre opérationnel du Gabon. En 2012, l’institution avait mis en œuvre un projet relatif à l’acquisition de radars et de systèmes de gestion du trafic aérien de dernière génération au profit de certains de ses centres opérationnels dont le Gabon. Ce projet devait permettre à l’Asecna d’utiliser les moyens de surveillance nécessaires à la visualisation du trafic aérien dans les espaces à sa charge, mais 8 ans après, le radar du Gabon n’a pas été installé. « L’Asecna a pris un retard considérable pour l’installation du radar à Libreville», a déclaré à juste titre le directeur général de l’Asecna indiquant que la situation était tout à fait exceptionnelle.

Selon Mohamed Moussa, « le radar, l’Asecna l’a payé depuis 2012 ». « Financé, il est disponible ici au Gabon depuis 2012 mais n’a pas pu être installé pour plusieurs raisons dont la principale est que le site pour installer ce radar, nous n’avons pas pu obtenir l’autorisation pendant tout ce temps », a-t-il expliqué.

Arrivés à Libreville, l’idée était donc de regarder à nouveau ce projet. A en croire le ministre des Transports, l’institution a finalement eu l’autorisation pour l’installation dudit radar avec, à la clé, une identification claire du site. « Il (le radar – ndlr) sera installé exactement là où se trouve la délégation aux activités nationales. Donc à côté de Fly hôtel », a déclaré Léon Armel Bounda Balonzi. « Ce site a déjà eu tous les documents pour le permis de construire », a-t-il ajouté. « Ce radar va augmenter notre capacité pour la sécurité de la navigation aérienne. C’est un outil important pour le pays et aussi stratégique », a-t-il dit. Le radar devrait être installé d’ici avril 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *