Lu pour vous : la piste d’atterrissage de l’Aéroport de Yaoundé-Nsimalen à nouveau opérationnelle

A la Une Actualité Lu pour vous

Depuis la soirée du vendredi 16 juillet jusqu’au moins dans la mi-journée de ce samedi 17 juillet, la piste d’atterrissage de l’Aéroport international de Yaoundé-Nsimalen est restée fermée. Ceci à la suite d’un incident qui s’y est produit, relatif à l’éclatement des pneus d’un avion de la compagnie nationale de transport aérien Cameroon Airlines Company (Camair-Co). L’information révélée sur la toile n’a pas été confirmée, ni infirmée par la compagnie, qui n’a usé d’aucun de ses canaux de communication pour rendre compte de l’incident. 

Au demeurant, la Cameroon Radio Television (Crtv) a plus ou moins confirmé cette information, dans un message publié sur son compte Facebook ce samedi, au sujet de la reprise du trafic sur la piste après une fermeture momentanée.

« La piste à nouveau ouverte. Les opérations de décollage et d’atterrissage ont repris cette fin de matinée après quelques heures d’interruption. Interruption survenue hier soir suite à l’éclatement de deux pneus d’un avion de la compagnie nationale roulant vers le décollage.  L’aéroport de Yaoundé Nsimalen a donc repris du service avec notamment cet atterrissage d’un vol Camair-Co », renseigne la Crtv.

Cependant, l’on ignore ce qui a pu causer l’éclatement des pneus de cet avion. Serait-ce un souci lié à des dysfonctionnements sur la piste en question ou alors ça à voir avec la vétusté des pneus ? Difficile d’en savoir, surtout avec le mutisme entretenu par l’entreprise suite à cet incident. Ce qui n’est guère rassurant pour les passagers qui empruntent régulièrement la compagnie, alors qu’elle se remet à peine d’un incident quasi similaire survenu dans le même aéroport le 21 mai dernier. Il s’agissait d’une sortie de piste d’un aéronef de la même compagnie Camair-Co alors que l’appareil arrivait de Douala. L’accident était dû aux « mauvaises conditions météorologiques », avait indiqué la compagnie dans un communiqué. 

Yannick Kenne – source ecomatin.net 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *