A la Une Actualité Technologie 

L’ASECNA et l’ESA signent un accord pour la mise en œuvre du SBAS en Afrique

La technologie européenne qui permet aux signaux de navigation par satellite de guider en toute
sécurité les avions à l’atterrissage dans la majorité des aéroports européens sera désormais mise
en œuvre en Afrique et dans l’Océan Indien. Aujourd’hui, l’Agence pour la Sécurité de la
Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA) et l’Agence Spatiale Européenne
(ESA) ont signé un accord pour déployer un système de renforcement satellitaire SBAS (Satellite
Based Augmentation System) dans une zone de service de plus de 16,5 millions de km2, soit
une fois et demie la superficie de l’Europe.
L’ESA apportera son soutien technique à l’ASECNA, reposant sur la technologie européenne
EGNOS et l’utilisation des satellites Galileo. Les capacités opérationnelles initiales du système
devraient entrer en service à partir de 2025.
L’accord de coopération internationale a été signé le 29 juin 2022 dans les bureaux de l’ESA à
Paris par Louis Bakienon, Directeur de l’Exploitation de la Navigation Aérienne de l’ASECNA,
représentant Mohamed Moussa, Directeur Général, et Josef Aschbacher, Directeur Général de
l’ESA.


« Je me réjouis de ce nouveau partenariat avec l’Afrique », a commenté Josef Aschbacher,
Directeur général de l’ESA. « La coopération internationale a toujours été l’une des priorités de
l’ESA. La technologie spatiale a le potentiel d’améliorer la vie de tous et, en travaillant ensemble,
nous y parviendrons. La technologie EGNOS, conçue, développée et mise en pratique en Europe,
offrira des avantages incontestables en termes de sécurité, d’environnement et de coût, à la fois
pour les aéroports, les compagnies aériennes et les passagers africains. »


« La mise en place d’une infrastructure de renforcement satellitaire constitue un grand pas vers
l’unification de l’espace aérien africain »
, a déclaré le Directeur général de l’ASECNA, Mohamed
Moussa. « Les utilisateurs de l’espace aérien profiteront des services de navigation les plus
avancés sur l’ensemble du continent. Le nouveau système permettra d’améliorer la sécurité et
l’efficacité des vols, tout en réduisant leur impact environnemental. Ce service suffisamment
précis et fiable pour guider les avions dans les opérations critiques sera également utile dans de
nombreux autres secteurs importants, comme le transport terrestre et maritime, l’agriculture de
précision, la navigation par drone, la cartographie et la topographie. »


« Avec Galileo, EGNOS est l’autre système de navigation par satellite en Europe ; il est
aujourd’hui couramment utilisé dans environ 367 aéroports et héliports européens »
, a précisé
Javier Benedicto, Directeur de la navigation de l’ESA. « Grâce à l’utilisation d’EGNOS, les
signaux de navigation par satellite deviennent suffisamment précis et fiables pour toutes sortes
d’utilisations et de services d’intégrité (Safety-of-Life). L’ESA, en tant que concepteur original du
système EGNOS, est bien placée pour donner des conseils sur la conception et la mise en œuvre
d’un nouveau système de renforcement avec notre partenaire l’ASECNA. »


Et Didier Flament, responsable du système EGNOS pour l’ESA, d’ajouter : « S’appuyant sur notre
savoir-faire, ce nouveau système permettra un positionnement avec une précision au mètre près
et un haut niveau d’intégrité avec une couverture progressive du continent. »

« Les services du SBAS amélioreront les opérations de navigation pendant toutes les phases de
vol, de l’en route jusqu’aux atterrissages, ainsi que les opérations de surveillance, en fournissant
une source de positionnement pour la surveillance des terminaux et des surfaces »
, ajoute Louis
Bakienon, Directeur du Programme SBAS de l’ASECNA.


Julien Lapie, Responsable du programme SBAS de l’ASECNA a quant à lui déclaré : « Le
programme SBAS de l’ASECNA vise principalement à fournir aux utilisateurs de l’espace aérien,
au moyen d’une infrastructure complète et autonome, des services de navigation avancés afin
d’améliorer considérablement la sécurité et l’efficacité des vols, de réduire leurs impacts
environnementaux et d’améliorer l’accessibilité des aéroports. Ce programme, reconnu par
l’Organisation de l’aviation civile internationale, est un élément clé de la mise en œuvre de la
politique et de la stratégie spatiales de l’Union africaine ».

L’ASECNA fournit des services de navigation dans un espace aérien de 16,5 millions de km²,
divisé en six Régions d’Informations de Vol couvrant l’ensemble de ses États membres : le Bénin,
le Burkina Faso, le Cameroun, la République centrafricaine, les Comores, le Congo, la Côte
d’Ivoire, la France, le Gabon, la Guinée Bissau, la Guinée équatoriale, Madagascar, le Mali, la
Mauritanie, le Niger, le Sénégal, le Tchad et le Togo.


EGNOS, le système européen de navigation par recouvrement géostationnaire, améliore la
précision des signaux GPS sur le territoire européen avec une précision de l’ordre du mètre, tout
en offrant un niveau d’intégrité (ou de fiabilité) en temps réel des signaux et de la position finale
corrigée grace á EGNOS. Le système EGNOS actuel repose uniquement sur les signaux GPS
américains, mais une nouvelle version, EGNOS v3, est en cours de préparation pour une mise
en œuvre d’ici 2028. Celle-ci utilisera également les signaux Galileo ce qui augmentera encore
sa précision et sa robustesse. En outre, cette deuxième génération du système EGNOS,
disposera d’une invulnérabilité renforcée, en matière de Cyber Sécurité.


Le système EGNOS actuel permet de guider les avions à l’atterrissage en toute sécurité par
n’importe quelle visibilité jusqu’à moins de 60 mètres de hauteur de la piste, tandis que le prochain
EGNOS V3 vise à offrir la possibilité d’un futur service d’atterrissage automatique (une première
démonstration de la faisabilité de cette capacité a été réalisée en novembre 2019 avec un Airbus
A350 à l’aéroport de Toulouse).


Le système SBAS de l’ASECNA fournira les mêmes niveaux de services, basés sur une
infrastructure africaine autonome, composée d’un segment sol (stations de référence, centres de
contrôle, station voie montante) et d’un segment spatial.
L’ASECNA a signé un accord international avec l’Union européenne en 2018 sur la navigation
par satellite, et bénéficie d’un financement et d’un accès à la technologie EGNOS. L’ESA
déploiera une équipe d’une dizaine d’experts, qui fournira un soutien technique axé sur
l’infrastructure du segment sol pour le SBAS, tandis que le Centre national d’études spatiales
(CNES) apportera ses conseils sur l’ingénierie du démonstrateur, du segment spatial et de la
performance.

Related posts